Message du Grand Chef Jacques Tremblay

Qey Wolastoqiyik Wahsipekuk,

En ma qualité de Grand Chef et membre du Grand Conseil de la Première Nation Wolastoqiyik, je souhaite confirmer par écrit les responsabilités et mandats pour lesquels je m’engage envers la Nation. Ainsi, à titre de Grand Chef, j’agirai à titre de porte-parole principal de la PNWW et conserverez la responsabilité politique des revendications. Ces responsabilités sont des plus importantes et je m’engage à toujours les exercer dans l’intérêt de la Première Nation.

Le mandat qui débute est déterminant pour la PNWW et sera marqué par la continuité dans le changement. Déjà en 2016, les membres de notre Première Nation lançaient un signal clair. Ils souhaitaient que la PNWW passe en deuxième vitesse afin de se développer à la hauteur de son potentiel. La PNWW devait reprendre son leadership à l’égard du Wolastokuk et auprès de ses membres. Pour atteindre cet objectif, les étapes suivantes ont été réalisées :

  1. Nous avons amélioré notre capacité à se gérer et à se gouverner en tant que Nation. La séparation des rôles administratifs et politiques fut instaurée et une équipe de gestionnaires compétents et intègres a été mise en place. Les résultats ont été probants. Non seulement des revenus importants ont été générés, mais ils ont également été administrés efficacement dans l’attente de projets structurants pour la PNWW et ses membres.
  2. Des liens importants ont été consolidés et renouvelés. Tout d’abord avec nos membres que nous avons impliqués au sein de comités et qui ont contribué de différentes façons dans des dossiers d’importance. Des alliances historiques ont également été renouvelées avec nos frères et sœurs des autres Premières nations, dont la Nation Wolastoqey. Finalement, nous avons repris des négociations avec les gouvernements du Canada et du Québec afin de continuer notre lutte vers la réparation et la reconnaissance de nos droits tout en établissant des partenariats.

Les membres nous ont donné un mandat clair. Ils sont d’accord avec ces orientations et souhaitent que nous les continuions. Au cours des prochaines années, la PNWW devra consolider sa gouvernance et bâtir des projets structurants pour la Nation et ses membres.

À titre de Grand Chef de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, j’assumerai la coordination et la cohésion dans l’exercice des différentes responsabilités prises en charge par l’organisation et dévolues aux Chefs conseillers. Pour ce faire, je devrai détenir un niveau d’information suffisant à l’égard de tout projet et enjeu de la Première Nation. À titre de porte-parole, je verrai à mettre en place des mécanismes d’information interne suffisants pour constamment être informé des derniers développements et m’assurer qu’ils puissent bénéficier à toute direction ou secteur d’activité. Aussi, je verrai à utiliser les canaux de communication en place avec l’Assemblée des Premières Nation du Québec et du Labrador (APNQL) et les autres Premières nations du Québec pour partager tout enjeu d’importance. Au niveau des revendications, je continuerai à défendre les droits et intérêts de la Première Nation en vue de leur reconnaissance et mise en œuvre par le Canada et le Québec.

La Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk compte sur nous, élus, afin de la guider par notre travail et nos idées. Les défis qui nous attendent sont grands, mais nous ne sommes pas seuls. L’ensemble des membres de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, incluant nos ancêtres ainsi que les générations futures, peuvent nous guider. Nous devons les informer, consulter et écouter. L’implication de nos membres représente un outil de transparence important qui favorise en plus les objectifs d’appartenance et de réappropriation. Également, nous devons collaborer et travailler en complémentarité avec les directions et les gestionnaires de la PNWW. Déterminer clairement nos rôles et responsabilités respectives. Partager l’information dans les deux sens afin de bénéficier de leurs connaissances tout en leur permettant de connaître et de mettre en œuvre les orientations et décisions du Grand Conseil. Finalement, nous devons cultiver nos liens avec les organisations et les personnes extérieures à la PNWW tout en protégeant et affirmant nos droits.

En ma qualité de Grand Chef, j’agirai comme principal interlocuteur auprès du Conseil des Sages, lequel assume un rôle névralgique dans notre gouvernance. Les membres du Conseil des Sages ont droit à toute notre considération et il est nécessaire d’avoir recours à leur sagesse à bon escient. Dans certaines ententes intervenues avec les gouvernements du Canada et du Québec, il est d’usage de créer des comités politiques afin d’intervenir en dernier lieu pour dénouer toute impasse. Pour l’Accord concernant les ressources halieutiques intervenue avec le Canada, je siégerai à ce titre sur le Comité Monuwehkehtit Kisitahahsit. Selon les besoins, je pourrai intervenir de façon ponctuelle aux différentes tables de négociation menées par notre équipe de négociation. En dernier lieu, je verrai également à prendre part aux discussions de la Société de gestion Toku qui œuvre au développement économique de la Première Nation.

En terminant, je m’engage à prendre les mesures pour assurer une pérennité du travail que j’effectuerai au cours de mon mandat. Comme membres du Grand conseil, le fruit de notre ouvrage ne nous appartient pas et doit demeurer à la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk. Nous devons donc prendre les mesures nécessaires pour s’assurer que nos démarches et initiatives soient accessibles et puissent bénéficier à nos successeurs et aux générations futures.

Woliwon.  Merci.

Jacques Tremblay
Grand Chef de la Première Nation Malécite de Viger