Mot du Chef conseiller Claude Brière

Qey chers membres,

Il me fait grand plaisir de pouvoir partager avec vous les faits saillants et les enjeux que nous avons rencontrés dans les derniers mois.  En tant que Chef conseiller, je suis responsable du dossier de la chasse, des camps autochtones et de la pêche, en appui avec la Chef conseillère Amélie Larouche.  Je suis aussi associé au dossier du développement économique en collaboration avec le Chef conseiller Pierre Jenniss.

En matière de chasse, de pêche et de piégeage, mon rôle est de m’assurer du respect de nos droits sur notre territoire ancestral, afin que les membres puissent continuer d’exercer leurs activités traditionnelles sur celui-ci.  Ces activités prennent d’ailleurs présentement de l’envergure au sein des membres.  Nous avons aussi mis sur pied une «Politique de campements autochtones» qui nous permet d’encadrer la construction de ces camps sur le territoire.  Celle-ci nous donne désormais la possibilité d’établir nos campements en forêt sur notre territoire ancestral.

De plus, pendant les mois de septembre à novembre, lors de séjours de chasse, j’effectue de nombreux suivis, particulièrement dans le but de contribuer aux bonnes relations entre les bénéficiaires de séjours et les responsables des territoires structurés.

Dans le même ordre d’idée, la chasse communautaire annuelle connaît présentement des difficultés dues à plusieurs facteurs, dont les températures chaudes qui affectent le gibier et le manque de chasseurs bénévoles.  Nous maintenons cependant l’objectif de faire une distribution communautaire vers la mi-décembre, et je profite de l’occasion pour remercier tous ceux qui ont répondu à notre formulaire.  Nous avons connu une «première» car cet automne, plus de 70% des réponses nous ont été transmises par un formulaire rempli sur Internet.  Cette manière de communiquer présente des avantages et nous tenterons de l’encourager dorénavant.  Nous tenons aussi à remercier plus spécifiquement tous ceux qui nous aident à rentre la distribution communautaire possible:  votre travail est essentiel et très apprécié.

En tant qu’élu, je siège au sein du Conseil du St-Laurent ainsi qu’au comité du Parc côtier Kiskotuk et bien sûr, je m’implique à l’interne dans les affaires courantes de notre Grand Conseil.  Je fais également le suivi des ententes avec les ministères concernés, et j’interviens sur le terrain, à la fois pour sensibiliser la population environnante quant à nos pratiques, et également pour m’assurer que notre présence sur le territoire se déroule dans le respect des règles ainsi que des principes établis à l’égard de la ressource et des zones convenues.

Pour ce qui est du développement économique, je représente les intérêts de la Première Nation auprès de nos partenaires du projet d’énergie éolienne Bas-St- Laurent (ÉÉBSL); nous avons consacré beaucoup d’efforts pour finaliser l’entente de financement de ce projet majeur d’énergie verte qui commence à être en opération début décembre 2016 et qui est très prometteur pour la PNMV.  Quelques-uns de nos membres occupent d’ailleurs des emplois pendant la phase construction.  Aussi, au cours des prochaines semaines, je concentrerai mes efforts dans la poursuite du projet éolien et dans la relance de la prochaine saison de chasse et de pêche.  Il faut d’ailleurs poursuivre les discussions avec le ministère de la Forêt, Faune et Parcs afin de faire valoir nos droits.  Il est prévu de faire une mise à jour de l’entente datant de 2008.

D’ici là, je continuerai de travailler avec cœur pour notre nation et de m’attarder à solidifier la confiance des membres envers la nouvelle équipe d’élus dont je fais partie, en m’assurant particulièrement d’une saine gestion sur le plan des finances ainsi que du développement économique de notre Nation.  Ces deux éléments sont étroitement liés et je suis conscient que notre développement global passe par notre territoire.  Celui-ci est un enjeu majeur qui me motive à faire connaître et à faire respecter nos droits auprès des décideurs politiques et auprès de la population que je côtoie dans le cadre de mes interventions sur le territoire.

Je suis à votre disposition et à l’écoute de vos besoins;  je vous invite à communiquer avec moi au bureau administratif ou par courriel: claude.briere@malecites.ca.

N’hésitez pas, je m’engage à vous répondre promptement.

Claude Brière
Chef conseiller